MEETIC : Histoire d’un Amour Virtuel (4)

Meetic: le grand marché aux célibataires

loveEn février 2006, à peine installée dans ma belle station de ski en Isère, les 2 Alpes pour ne pas la nommer….Je traîne  sur Meetic avec l’intention de rompre ma solitude.

J’arrive de 11 années passées en Ardèche et Lozère, régions magnifiques mais où pas grand chose ne se passe, encore moins quand on bosse beaucoup.

Mon idée sur la chance de rencontrer quelqu’un:
un vacancier qui sera forcément trop loin…., un saisonnier qui par principe ne veut pas d’attache (même si je ne cherche pas spécialement à m’attacher)….Non, je dois regarder plus loin et donc sur Titic…Grenoble, Lyon ne sont pas loin, j’ai du temps pendant les inter-saisons!

Chaque jour je vais faire un petit tour sur ce super marché de la rencontre….Beaucoup de dialogues, les photos aident bien, mais ces Messieurs doivent de déplacer….mais quelle bande de fainéants, même pas curieux pour venir boire un verre, manger une pizza offerte puisque je les fabriquais….ils paient l’essence, j’offre le couvert….que nenni!!!!!

J’en ai connu des hommes agréables au téléphone, qui m’ont fait rire, avec qui j’échangeais intellectuellement; pourtant ils sont dans la région mais ne veulent pas bouger; ils se contentent du virtuel!

Ah si j’oublie….un « mais »….Mais il est  de l’Est de la France,en déplacement avec un seul jour de repos à passer en Isère….Il monte un après-midi de Grenoble…quelques kilomètres….sauf que bien sûr c’est un jour férié, qu’il y a une fête devant ma boutique et que je vais travailler tard…..

love

Mais à peine arrivé ce monsieur , dans l’après-midi, une fois désaltéré, me demande de fermer la boutique….Impossible, je suis saisonnière…Il ne comprend pas, se fâche, va se promener dans la station, revient, se fâche, me parle mal, me juge…..Houlà….Il reste assis 2 heures  sur ma terrasse sans me dire un mot, à fumer clope sur clope, à boire en se servant dans mon bar puis il repart dans la station….J’en profite pour parler avec ma copine la « crêpière » qui a sa boutique en face de la mienne….Je lui raconte et nous voilà parties d’un très grand fou-rire car nous sommes d’accord sur le fait qu’il m’est impossible de passer un bout de soirée avec ce personnage….Mais comment s’en débarrasser?

Et là je comprends pourquoi j’ai toujours préféré aller, moi, à la rencontre de l’homme…..Je sais que si ça ne va pas, ma petite voiture n’est pas loin pour me « sauver »!!!!

En fait, je lui retourne avec un brin de gentillesse et d’ironie son jugement et lui conseille de reprendre sa route:

« Mais je suis monté pour rester avec toi, je n’ai pas d’endroit où coucher sinon dans mon camion de chantier, je n’ai rien à manger »

Et là je sens la colère qui arrive…

« Ok, installe toi, je te fais une pizza, tu prends ce que tu veux en boisson et du vent »….

Et voilà ma première rencontre Titic.

A suivre….

 

 

 

 

Si cela vous plait, merci partager..

Vous aimerez aussi...