Sagesses : amour, savoir, temps.

 

Sagesses

Sagesses

Sagesses du Monde :

L’Amour, le Savoir et le Temps.

Il était une fois, une île où tous les différents Sentiments vivaient.

Le Bonheur, la Tristesse , le Savoir, ainsi que tous les autres sentiments y cohabitaient, et bien entendu, l’Amour y résidait aussi.

Un jour, après un grondement de la terre et un frémissement de l’île, on annonça aux Sentiments que leur île allait couler.

Tous paniqués, ils prirent leurs affaires en toute hâte, dans la confusion, et préparent leur bateau pour partir.

Dans toute cette agitation, au milieu de l’île, L’Amour ne bougeait pas. Médusé par ce spectacle de désordre profond, Il tentait d’appeler les autres sentiments, qui s’agitaient en tous sens, sans même le remarquer.

Ainsi, laissant l’Amour sur le ponton, ils montèrent dans leur bateaux et commencèrent à s’éloigner de l’île.

Au même instant, alors que l’île commençait à s’enfoncer dans les flots, l’Amour se décida à appeler à l’aide.

– « Ainsi mes frères sentiments, vous me laissez là sans me secourir ! Pourquoi ne venez vous pas m’aider et me prendre à votre bord ? »

A quelques encablures, alors que l’île sombrait, installée sur son luxueux bateau, la Richesse lui répondit :

– « Je suis vraiment désolé cher Amour, mais comme tu vois, il n’y a pas de place pour toi ! »

Lui montrant le pont de son navire, il ajouta :

– « Tu vois ! Avec tout mon argent et mon or, je ne peux pas t’embarquer ! »

Incrédule devant cette réponse, l’Amour qui avait de l’eau jusqu’au cou, vit alors le bateau de l’Orgueil qui lentement passait devant lui. Aussitôt, il lui demanda :

– « Orgueil, orgueil, aide moi je t’en prie ! Ne vois tu pas que je vais me noyer ? »

Avec dédain, le fier Orgueil se tourna vers l’Amour pour lui répondre :

– « Ce n’est pas que je ne veux pas t’aider Amour…mais, je ne le peux pas ! »

Sidérée l’Amour d’une voix suppliante ajouta :

– « Mais, tu ne peux pas me laisser là : Orgueil, aide moi, je vais mourir ! »

Froid et distant, l’Orgueil lui rétorqua :

– « Je te l’ai dit Amour, je ne le peux pas ! Tu es mouillée, et si je te faisais monter, tu salirais le pont de mon bateau. Alors tu m’en vois fort désolé, mais celui qui t’embarquera, ce ne sera pas moi ».

Ile-coeur-S’éloignant avec son bateau, il termina :

– « Tu n’as qu’a demander à la Tristesse ».

La Tristesse justement passait au même instant. Aussitôt l’Amour l’appela :

– « Chère Tristesse, je vais mourir si tu ne m’aide pas ! Peux tu me prendre à ton bord ? »

Les yeux emplis de larmes, la Tristesse lui répondit :

– « Oh non Amour, je ne peux pas ! Je suis tellement triste que j’ai besoin d’être seule ! »

Sur ces dernières paroles, la Tristesse s’en alla et laissa l’Amour se débattre dans l’eau.

Le bateau du Bonheur passa au même moment. Aussitôt l’amour cria :

– « Bonheur, Bonheur, au secours je me noie ! »

Mais le Bonheur était si heureux qu’il ne l’entendit même pas, et son bateau s’éloigna.

Désespéré l’Amour se rendait à l’évidence de sa mort certaine, quand soudain une main apparue et une voix se fit entendre :

– « Viens Amour ! Moi, je vais te sauver et te prendre à mon bord ».

Attrapant la main tendue dans un souffle d’espoir, L’Amour regarda le vieillard qui venait de le sauver. Arrivé sur le pont du bateau, sauvé des eaux, l’amour se sentit si reconnaissant et plein de joie qu’il en oublia de demander son nom au vieillard.

Ce dernier sans mot dire avait repris la barre, et au bout de quelques heures, il déposa l’Amour sur la terre ferme. Réalisant combien il lui devait, c’est à dire la vie, l’Amour lui demanda :

– « Vieillard, vieillard, tu as sauvé ma vie et je ne sais même pas ton nom ! Qui es tu ? »

Le vieil homme regarda l’Amour avec un sourire et répondit :

– « Je suis le Savoir ».

L’Amour rétorqua :

– « Tu es le Savoir ! C’est donc à toi que je dois la vie, mais je n’aurais jamais assez d’amour pour t’en remercier ».

– « Je t’ai peut être sauvé, Amour, mais ce n’ai pas moi qui t’ai aidé, et ce n’est donc pas moi qu’il te faut remercier ! »

Surpris, l’Amour lui demanda :

– « Mais alors, si ce n’est pas toi : qui m’a aidé ? »

Alors qu’il s’affairait sur ses cordages, le Savoir plein de sagesse s’arrêta un instant.

– « Cher Amour, saches bien que c’est le Temps qui t’a aidé ».

Tandis qu’il levait son ancre pour partir, l’Amour stupéfait l’interpela :

– « Cher Savoir, mais pourquoi le Temps m’aurait-il aidé ? »

– « Cher Amour, si cela fut fait ainsi, c’est parce que, seul le Temps est capable de comprendre combien l’Amour est important dans la Vie ».

Sur ces mots, le Savoir fit glisser son bateau sur l’eau et bientôt, il disparurent à l’horizon.

Si cela vous plait, merci partager..

Vous aimerez aussi...